ROCKET STOVE : Construire son poêle à bois by Pascal BURNET

ROCKET STOVE : Construire son poêle à bois

Comment construire son poêle en 48H sans être un cador du bricolage ?

Construire un poêle sur un weekend, c’est possible en respectant un plan d’action

Règle No 1 : Toujours écouter Buck !

Règle No 2 :  Toujours rester au milieu de la piste !

Règle No 3 : Ceux qui ont des gaz marchent à l’arrière de la meute...

Bon, ce n’est pas aussi restrictif que ce propose Buck Minster dans l’âge de glace, mais pour réussir le chantier sur 2 jours, il est nécessaire de s’organiser en amont.

Construire son poêle, c’est opter pour un système, choisir un emplacement, dessiner ou recopier un modèle existant, récupérer ou acheter les matériaux, réunir un ou deux amis (ou des membres de la famille) et passer à l’action.

Les obstacles qui semblent insurmontables

Choisir son modèle de poêle

La technologie, c’est bien mais elle peut être compliquée, parfois programmée pour devenir obsolète, et souvent elle enrichit surtout son fabricant et leurs distributeurs.. 

Un poêles à granulé est dépendant à 100% de l’électricité. Une coupure de courant c’est aussi une coupure de chauffage.

Dimensionner son poêle

Quel est mon besoin ? 

Comment dimensionner le système qui va me permettre de chauffer mon habitat, mon atelier ou mon local ? 

Maitriser le budget

Les matériaux industrialisés et neufs ont un coût financier qui impactent nos ressources limitées alors que les déchetteries de plus en plus nombreuses regorgent de matériaux recyclables que l’on va chercher à enfouir pour partie.

Comment faire pour associer économie et performance ?

Définir un plan d’action

Mais par quoi commencer ? 

Dans quel ordre réaliser les différentes étapes qui vont me permettre de rester sur le chemin et construire mon système de chauffage ? 

Même avec un niveau de compétence basique et des outils rudimentaires...

Ne pas jeter les calories par la fenêtre

Comme souvent, prendre conscience est bon début. Nous allons donc avoir besoin d’évaluer notre habitat pour déterminer quel poêle et quelle puissance sera nécessaire pour le chauffer :
  • Est-ce que nous habitant un nid douillet et bien isolé ?
  • ou une belle passoire ouverte à tous les vents ?
Ce qui va réellement nous intéresser est de déterminer les déperditions thermiques. Et nous allons faire cela grâce à 3 facteurs : l'isolation de la maison, le volume total à chauffer et la température intérieure par rapport à la température extérieure.

J’ai déjà abordé ce sujet dans l’article “Calculer les déperditions de son habitat”. Je vous invite à le lire pour préparer la suite.

Maintenant que l’on connaît nos besoins, nous allons avoir besoin de déterminer  la puissance qui va nous permettre de répondre à ce besoin.

Qui peut le plus peut le moins

Une notion qui entre dans le calcul de puissance d’un système de production de chaleur est le pouvoir calorifique du combustible.

Et dans le cas qui m’intéresse, je veux parler du bois.

Peut-être qu’un jour on nous reprochera d’avoir brûlé des plantes, mais pour l’instant nous sommes encore tranquille de ce côté là.

Pour calculer la puissance d’un système de combustion, il suffit de multiplier la masse en kilogrammes ou le volume brûlé en une heure par son pouvoir calorifique inférieur.

Tous les détails pour réaliser cette évaluation sont consignés dans l’article “Déterminer la puissance d'un poêle” que j’ai publié il y a quelque temps.

Low-tech est le contraire de haute technologie

ll n’y a rien de péjoratif dans le terme “basse technologie”. C’est juste plus facile à transmettre, à comprendre et à mettre en oeuvre. 

Avec le “low-tech”, on peut appliquer la même logique que le marchand de technologie ‘high-tech” mais pour notre bénéfice. S’approprier le concept, s’enrichir des connaissances et fabriquer nous même. Le rapport service rendu / coût est alors très élevé.

Les objets “low-tech” sont souvent fabriqués avec des matériaux de base et/ou à partir d’autres objets que l’on recycle pour leur offrir une seconde vie. 

Le poêle rocket (rocket stove en anglais) fait partie de ces inventions “low-tech”. Quelques briques de récupération, un baril usagé en acier de 200 litres, de la terre, un peu de paille, des cailloux et vous voilà équipé pour vous construire un poêle de masse et chauffer votre habitation.

Et ce n’est pas un poêle au rabais ! C’est simplement un des poêles le plus performant au monde avec une qualité de combustion très élevé. 

Et comme toutes les pièces sont assemblées à la terre, la maintenance ou la modification d’un tel système devient un jeu d’enfant. On décolle, on adapte et on recolle.

Organiser son chantier sur 48H

Dans le cas ou vous optez pour la construction d’un poêle rocket, la partie la plus longue est d’imaginer et de dessiner votre poêle, ainsi que de récupérer les matériaux nécessaires. 

Voici, comment organiser cette préparation qui peut prendre 3 à 4 semaines :

1. Dans un bâtiment existant, examinez le site où le poêle sera construit. Mesurez l'espace disponible. Pour une maison neuve, vous pouvez envisager le foyer au centre du bâtiment et distribuer les pièces en conséquence. Dessinez le poêle et l'unité de stockage de la chaleur.

2. Rassemblez les outils et collectez le matériel nécessaire. Nettoyez les briques, décapez les bidons, vérifiez la rectitude et les assemblages de tous les tubes. Dessinez à l'échelle la disposition des briques pour la chambre de combustion et éventuellement la cheminée interne.

3. Construisez une maquette de la chambre de combustion à l'extérieur, à l'aide des matériaux avec lesquels sera construit le poêle définitif. Réalisez une mise à feu puis expérimentez, testez et optimisez cette maquette. C'est une étape importante où l'on doit prendre le temps d'apprendre à faire du feu avec un poêle rocket.

4. Nivelez et compactez le site d'implantation du poêle si besoin. Dessinez grossièrement la position du dispositif complet et ajustez si nécessaire. Sur une dalle non isolée, installez une isolation sous le poêle afin de limiter la fuite des calories.

Le weekend, sur lequel vous allez concentrer les étapes de la construction, peut être découpé ainsi : 

Samedi : première journée

5. Construisez la chambre de combustion et la cheminée un rang à la fois. Le collage des briques est réalisé avec un mortier de terre et de sable que vous aurez tamisés très fin afin de limiter son épaisseur à 2mm. Vérifier le niveau et l'aplomb à chaque rang.

6. La chambre de combustion est isolée sur son pourtour à l'aide d'un isolant minéral de type perlite. Pour contenir cet isolant, réalisez une maçonnerie de pierres ou de morceaux de briques assemblées à la bauge. Cette maçonnerie servira aussi de support aux barils. La bauge est un mortier fibré composée d'environ 1/3 de terre, 2/3 de sable et un peu de paille. Elle permet d'assembler des matériaux en métal, en pierre ou en bois.

7. Une fois la cheminée interne (en brique ou en métal) en place et stabilisée, implantez le conteneur de l'isolant autour, puis placez l'isolant à l'intérieur. Celui-ci peut-être légèrement additionné d'une barbotine de terre afin de coller les particules le constituant. Appliquez un mortier de terre pour fermer le conteneur.

8. Aménagez un canal collecteur en pente descende à la base de la cheminée et installez le grand baril autour de la cheminée. La distance entre le sommet de la cheminée et le baril doit être d'environ 5cm. Ouvrez les fenêtres et testez à nouveau la combustion. Ajuster la position du baril pour diriger la chaleur. Plus l'espace est important entre le baril et la cheminée, plus le rayonnement sera important à cet endroit.

Dimanche : seconde journée

9. Aménager un cendrier et sa trappe de visite en sortie du baril afin de pouvoir gérer les éventuels dépôts de cendre. Mettez en place et connectez toutes les parties du conduit intérieur en partant de ce cendrier. Étanchéifiez toutes les connexions avec de la bauge.Ouvrir toutes les fenêtres et tester à nouveau le tirage.

10. Construire l'unité de stockage de la chaleur. Utilisez pour cela des matériaux lourds comme de la pierre, des chutes de béton de ciment ou de la terre. Ne laissez aucun vide autour des conduits en comblant les interstices avec de la bauge. Là encore, tester le tirage.

11. Mettre en place le conduit extérieur. Son extrémité devrait se situer 40cm au-dessus du faîtage de votre bâtisse afin d'éviter tout retour éventuel de fumée sous votre toiture. Vérifier ce point avec la législation du lieu d'implantation de votre poêle.

Puis viendra l’étape des finitions qui sera elle aussi assez longue, le poêle ayant besoin de temps pour sécher.

12. Réalisez vos enduits de finition en terre. Vous pourrez par la suite y appliquez votre protection favorite : caséine, colle végétale, savon noir, chaux... Nettoyer le chantier. Allumez le poêle, faites chauffer le thé. Chauffer la maison et inviter tous les voisins à la fête.

Vous trouverez tous les détails dans cette formation "Construire un poêle rocket"